J’ai officiellement débuté mon défi le 14 Février 2019, et voici le premier mois du défi achevé.

Je vais donc vous faire part des méthodes que j’ai utilisées qui fonctionnent (ou pas), ainsi que mon ressenti.

Comme je l’avais précisé dans mon article au lancement de mon défi : mon but était de parler à certains moments de la journée, avec un vocabulaire de la vie courante.

La 1ère méthode d’apprentissage était bien sûr de parler directement en anglais.

Parler anglais et se faire comprendre de différentes façons :

  • Par des mimes ou des bruits si c’est possible.

Mimer de se brosser les dents pour « Brush your teeth »
Faire brr pour « Cold »
Mimer que c’est brûlant pour « Hot »
Poser sa tête sur l’oreille pour « Sleep » etc.

  • Traduire ce qu’on vient de dire en français, puis répéter le(s) mot(s) clé(s) de la phrase avec sa traduction.

« Did you eat ? » As-tu mangé ? – Eat = manger
« Where is daddy ? » Où est papa ? – Where =  où est
« How many friends do you have ? Combien d’amis as-tu ? – How many = combien – Friends = amis – Do you have = as-tu ?

  • Si je parle d’un objet, je dis le mot anglais en montrant l’objet.

« Take this glass please » Prends ce verre s’il te plait (en montrant le verre).

Ce n’est pas évident forcement car on a l’impression d’être “un dictionnaire ambulant” et il ne faut pas être pressé. C’est pour cela que je parle en général le soir, moment de la journée où il y a le moins de pression (à condition de ne pas être épuisée).

Parfois il m’arrive de faire l’inverse :

Traduire du français à l’anglais.

  • Je parle en français puis je traduis en anglais. Mais je n’utilise pas souvent méthode car je n’y pense pas forcément.

Je ne le trouve pas  = I can’t find it 

  • Je reformule en anglais les phrases prononcées par l’enfant en français. Par exemple, l’enfant va commencer à discuter, raconter quelque chose :

Enfant : « Maman, aujourd’hui j’ai appris une nouvelle leçon à l’école »

Moi :  « Ooh Today you’ve learned a new lesson at school ! »

J’aime beaucoup cette alternative car je les trouve plus attentionnés à ce que je dis et ça m’évite les « Je n’ai rien compris ».

Autres pratiques

  • Atelier cuisine (pour les grands entre 7 et 10 ans)

Pour l’atelier cuisine, je montre chaque ingrédient en le nommant et je le fais répéter. Puis je montre le geste de ce qu’il y a à faire en parlant en anglais. Je vous partage la recette de notre atelier ici.

  • Jeu de celui qui connait en premier la traduction d’un mot (anglais à français ou vice versa)

“Que signifie spoon ?” – “Comment dit-on un lit en anglais ? “

  • Imagier (pour les petits entre 2 et 3 ans)

Je montre l’image en disant le mot anglais, et parfois en le disant dans les deux langues, français et anglais.

Progression personnelle

Je vous avais parlé de l’application « Vocabulaire Anglais gratuit » de Language Course S.L, mais je n’ai pas obtenu la progression espérée, c’est à dire pouvoir mieux parler avec mes enfants. Le vocabulaire que j’apprenais sur l’application ne m’étais pas utile dans les conversations avec les enfants et j’ai donc arrêté de l’utiliser. De plus, une partie de la page de l’application ne s’affichait pas sur l’écran de mon portable.

J’ai pris alors contact avec une amie anglophone afin qu’on puisse échanger oralement. Je pense que c’est la meilleure solution pour progresser, bien plus que n’importe quelle application. Je vous en dirai plus le mois prochain.

J’ajoute que parler avec un autre adulte de la maison en anglais est également avantageux pour progresser : cela permet à l’anglophone de pratiquer la langue et au novice d’apprendre à discuter en anglais.

J’utilise l’application Google traduction pour rechercher le vocabulaire que j’ignore et il permet même d’enregistrer nos vocabulaires, c’est top !

Mais pour la traduction d’une phrases entière ou d’une expression, je vous conseillerai plutôt Linguee ou Reverso qui vous donnent les traductions dans leurs contextes.

Le rythme

La première semaine a été intense et je profitais de chaque occasion pour converser en anglais. Le rythme a été ralenti lors de la deuxième semaine avec toute la famille qui était malade. Le rythme a repris les deux semaines suivantes mais avec moins d’intensité que la première semaine. Je réalise qu’enseigner à ses enfants à parler une nouvelle langue demande énormément d’investissement et de régularité, mais je ne lâcherai pas l’affaire. J’ai d’ailleurs suspendu en évidence un rappel de mon défi afin de garder mon objectif en tête et ne pas m’en détourner.

Rendez-vous le mois prochain !

Partagez l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 8
    Partages

Articles similaires

One thought on “#DÉFI MOIS 1 Parler couramment anglais avec mes enfants en douze mois.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Tu es libre de recevoir gratuitement le livre

 "Devenir une maman organisée en 10 étapes"