Ces dernières décennies, l’évolution visible de notre société a impacté notre quotidien, diminuant considérablement notre activité physique. Cette nouvelle forme de sédentarité est aujourd’hui considérée comme la première cause de mortalité évitable, devant le tabagisme

Selon une étude de 2010, rester assis pendant des heures est très mauvais pour la santé. Les chercheurs ont démontré que le taux de mortalité augmentait de 20% chez les personnes à faible activité physique.  Aujourd’hui, avec les différents moyens de transports, les ascenseurs, les escalators, les multiples écrans, les appareils électriques et électroniques, une grande partie de la population est devenue sédentaire.

Comme quoi, si nous avons des enfants qui nous font courir dans tous les sens, cela ne fait pas de mal ! C’est comme s’ils nous apprenaient comment survivre !

Activité physique et sédentarité

Une activité physique n’est pas forcément une séance de sport intense. Ce sont tous les mouvements du corps qui produisent la contraction des muscles, entraînant une dépense d’énergie supérieure à celle du repos. Elle peut être effectuée chez soi, dans le cadre du travail, dans les loisirs, lors des activités domestiques, durant nos déplacements etc.

La sédentarité correspond aux situations dans lesquelles les mouvements du corps sont réduits au strict minimum : rester assis ou allongé comme travailler sur un ordinateur, être passager dans un véhicule, jouer aux jeux vidéo, regarder la télévision, etc..

Les avantages de l’activité physique

En France, selon le Baromètre santé nutrition 2008, 43% des adultes atteignent un niveau d’activité physique qui satisfait aux recommandations internationales, 24% ont un niveau d’activité modéré (l’équivalent d’au moins 30 minutes de marche par jour) et 33% ont un niveau d’activité insuffisant. Toujours selon cette étude, les hommes sont plus sédentaires que les femmes.

Or, l’être humain est fait pour bouger et être actif : Nous sommes programmés pour bouger. Pratiquer une activité physique, même modérée, permet de prévenir et de traiter les principales maladies chroniques. Les effets sont bénéfiques quels que soient l’âge, le sexe et l’état de santé.

Il faut impérativement limiter le temps assis prolongé.

Le docteur François Carré, spécialiste de la sédentarité, explique : “Nos vaisseaux passent leur temps à s’ouvrir et se fermer pour apporter la quantité de sang et d’oxygène aux cellules et aux différents organes. Or quand je suis assis, tout est au repos ; les vaisseaux perdent l’habitude de s’ouvrir et de se fermer. Et c’est ça qui favorise la phlébite, c’est un caillot dans une veine. Nous avons des phlébites qui ne sont dû qu’au temps passé assis devant les ordinateurs. On appelle ça les e-phlébites. Elle peuvent se compliquer en e-embolie pulmonaire : un caillot qui va venir boucher les vaisseaux au niveau des poumons. Et pire, on connait que le taux de sédentarité augmente le risque de cancer de 25%.”

Il rajoute : “ Les recommandations de tous les pays du monde disent que le premier traitement de l’hypertension artérielle modérée, du diabète de type 2, de l’obésité, des dépressions légères à modérées, c’est l’activité physique avant tout. Mais qui sait que le premier traitement de la maladie d’Alzheimer c’est la marche ? Les neurologues nous disent que la nourriture du cerveau c’est l’activité physique.”

Les intégrer au quotidien

Selon L’OMS, les adultes âgés de 18 à 64 ans devraient pratiquer au moins 150 minutes d’activité à intensité modérée par semaine ; notamment à travers les tâches ménagères les loisirs, les activités professionnelles ou tout simplement par les déplacements à pieds ou à vélo.

Le conseil du docteur François Carré, c’est de marcher 30 minutes par jour. Il insiste sur le “par jour” car une  personne qui fait 5 heures de sport uniquement le week-end et reste assis la semaine ne profitera pas des bénéfices apportés par la pratique de 30 minutes de marche quotidienne.

On pourrait intégrer l’activité physique dans notre quotidien, comme par exemple :

– Au travail, faire 1 minute de marche toutes les heures ou 3 minutes toutes les deux heures

– Prendre les escaliers au lieu de l’ascenseur ou les escalators

– faire des trajets à pieds quand c’est possible (aller au travail, déposer les enfants à l’école, aller faire une course)

–  descendre une station de bus (ou de métro) plus tôt

Dr Bengt Keyser, médecin physiologiste de l’effort et directeur de l’institut des sciences du sport a mené une étude aux hôpitaux universitaires de Genève il y a quelques années. Il explique qu’après trois mois passés à utiliser des escaliers au lieu de l’ascenseur, des employés d’hôpitaux très sédentaires ont vu leur santé s’améliorer.

“Il y avait une perte de poids, une amélioration des lipides dans le sang, dans la sensibilité à l’insuline, le taux de sucre était amélioré et la pression artérielle avait baissé. Tout un ensemble d’indices qui laissait entendre que simplement 10 minutes par jour passées dans les escaliers avait un effet très positif pour la santé.”

Important pour les bébés et les enfants également

Chez l’enfant comme chez l’adulte, l’activité physique a un effet bénéfique sur la santé. De plus, différentes études suggèrent que les jeunes INACTIFS ont peu de chance de devenir actif physiquement à l’âge adulte. Les comportements établis pendant l’enfance et l’adolescence sont des déterminants essentiels de la santé des adultes. Malheureusement, lors des enquêtes menées dans différents pays dont la France, on constate qu’une grande partie de la jeunesse n’atteint pas le minimum d’activité physique recommandé par les experts.

Ce qui a été observé chez les enfants, c’est que la durée quotidienne moyenne de sédentarité a tendance à augmenter à l’adolescence : temps consacré aux écrans, à la télé, aux jeux vidéo, à internet, aux réseaux sociaux, aux devoirs, etc.

Les études montrent que la sédentarité touche même les bébés.

Certains passent trop de temps dans la même position.  C’est sur le ventre que les bébés développent leur musculature du dos, de la nuque et des bras. Une position indispensable plusieurs fois dans la journée. Elle permet aussi de prévenir l’aplatissement du crâne quand le bébé reste trop longtemps sur le dos.

Docteur Berengère Diber Prot, ostéopathe, parle de l’inconvénient des sièges -auto multi fonctions qui sont utilisés comme des lits  :

“Un siège auto comme son nom l’indique, est fait pour être dans la voiture. Et à cet âge-là, il doit vraiment être utilisé le moins possible c’est à dire uniquement dans la voiture.”

Quand il est dans le siège auto, il n’a pas de liberté de mouvement. Il est bien, mais il peut un petit peu tourner la tête à droite à gauche, les mains légèrement et un petit peu les pieds. Or, un bébé a besoin de toute sa liberté de mouvement pour s’épanouir un maximum , pour se tonifier et pouvoir petit à petit évoluer correctement.”

Pour les enfants âgés de 3 à 5 ans, il est recommandé d’effectuer un minimum quotidien de trois heures d’activités physiques de tous niveaux d’intensités (faibles, modérés ou soutenus).

A partir de 6 ans, les recommandations sont fixées à une heure minimum d’activité physique d’intensité modérée par jour, à laquelle s’ajoute la nécessité d’avoir des activités intenses 3 fois par semaine (OMS, 2010).

Ces activités physiques englobent les exercices sportifs scolaires, les activités récréatives, le sport dans un club, les tâches quotidiennes, les déplacements et les jeux.

Alors, n’hésitons pas à bouger avec nos enfants!

Partagez l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 3
  •  

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Tu es libre de recevoir gratuitement le livre

 "Devenir une maman organisée en 10 étapes"