Nous sommes nombreuses à croire que les tâches ménagères sont réservées aux « grands », sous prétexte que les enfants ont suffisamment de « travail » à l’école. Pourtant, les avantages sont nombreux (article basé sur mon expérience et l’avis de professionnels).

Évitez le burn-out ménager

L’accumulation des tâches ménagères « infinies » peut vous amener à un burn-out mental et physique :

  • Coucher tardif (ou réveil très matinal) pour pouvoir tout finir à temps
  • Insomnie
  • Stress lors de l’accumulation de tâches non achevées tandis que d’autres s’ajoutent
  • Beaucoup de temps passé dans le nettoyage et le rangement plutôt qu’avec la famille
  • Fatigue accumulée
  • Énervements et cris lorsque les enfants laissent du désordre ou salissent quelque part.

L’importance de commencer dès le plus jeune âge

Combien de mamans se plaignent de leur ado en disant qu’ils « ne font rien » ? C’est peut-être parce qu’ils n’ont jamais été sollicités dans leur enfance et qu’ils s’y sont habitués : il y a toujours quelqu’un pour nettoyer ma vaisselle, laver mon linge, dépoussiérer ma chambre, etc…Pourquoi cela changerait-il MAINTENANT ?

En demandant à vos enfants de participer, vous les enseignez : la responsabilité, l’autonomie et la confiance en soi ; des qualités qui les aideront à réussir dans le futur. Vous adapterez bien sûr les tâches selon les âges et capacités de chaque enfant.

Marty Rossman, professeur d’éducation familiale, montre dans une étude que l’implication précoce des enfants dans les tâches ménagères a un impact positif dans sa vie future. Cette étude, menée sur une période de 25 ans, a démontré que les enfants qui avaient commencé à participer aux tâches ménagères très tôt (3/4 ans), avaient plus réussis dans leur vie que ceux qui n’avaient commencé qu’à l’âge de 15/16 ans. Elle en conclut que la participation aux tâches domestiques à l’âge de 3 ans avait été un critère plus déterminant que le QI pour la réussite à l’âge adulte. Habituez-les donc au ménage depuis tout petit, ils ne demandent qu’à passer le balai !

Persuadée ?  Vous vous demandez comment faire pour que la magie opère ?
Il faut tout d’abord de la PATIENCE et de la TOLERANCE.

  • Pour les – de 3 ans , vous pouvez leur demander de mettre les cuillères dans l’évier, jeter quelque chose à la poubelle, apporter quelque chose (qui ne se brise pas) à table, ou essuyer un meuble.
  • Pour les + de 3 ans ce sera : passer le balai, mettre les pâtes dans la marmite (sous votre surveillance), plier et ranger ses vêtements dans l’armoire, etc.
  • Et pour les plus grands, des tâches plus complexes évidemment, à vous de voir selon leurs capacités et surtout les encourager à prendre les initiatives.

Si quelque chose est nouveau pour eux, il suffit de leur montrer.
Par exemple, pour passer le balai, faites-le vous-même en expliquant vos gestes : “On appuie, on ne pousse pas trop fort et on amasse toute la poussière ici”. Cette méthode est utilisée dans les ateliers basés sur la méthode de Céline Alvarès.

Cependant, sachez que les premières fois ne sont jamais parfaites. Vous vous retrouverez peut-être à repasser le balai car le sol est encore sale;-). Mais il s’améliorera à chaque fois, jusqu’à bien le faire. Il ne faut pas s’attendre qu’un petit enfant réussisse à faire en 2 jours ce que nous faisons depuis 15 ans !

Les tâches domestiques aident l’enfant à mieux réussir à l’école

Pour faire des exercices de français, apprendre des tables de multiplications ou faire une déclaration d’amour, nous avons besoin des compétences exécutives, les piliers du développement de l’intelligence. Elles permettent de se concentrer, de mémoriser et de savoir s’organiser. Ainsi, un enfant avec des fonctions exécutives solides obtient de meilleures performances scolaires qu’avec un QI élevé. Entre 3 et 5 ans, ces fonctions se développent plus rapidement et deviennent une base pour les années à venir (pour plus d’explications, cliquez ici)

Comment développer ces compétences ? Céline Alvarez explique : « Ce genre de « grands chantiers », tels que laver une table, laver du linge, laver une vitre, sont de puissants catalyseurs pour le développement des compétences exécutives des jeunes enfants – et c’est justement pour cela que les jeunes enfants adorent ces activités : elles font appel à leurs compétences en plein développement ».

Comment rendre les tâches plus agréables ?                                        

Faites-le avec votre enfant ou dites aux frères et sœurs de participer en équipe. Étendre le linge ou laver la vaisselle seront des moments d’échanges uniques.

Peut-on créer un automatisme chez l’enfant ?

Si pendant 1 ou 2 semaines, vous dites à votre enfant, après chaque repas, de remplir la bouteille d’eau, à un moment donné, vous verrez qu’il continuera à le faire par habitude, c’est son subconscient qui a enregistré ce rituel.

Pour résumer (oui je sais je me suis laissée emporter par le sujet lol ), voyez les avantages pour vos enfants de participer aux tâches ménagères dès leur plus jeune âge :

  • Augmentation de la confiance en soi
  • Meilleure mémorisation et concentration
  • Réussite dans la vie familiale et professionnelle
  • Meilleure réussite scolaire
  • Apprentissage par l’expérience (c’est le meilleur des apprentissages)
  • Plus de temps passé avec les parents
  • Autonomie
  • Et bien d’autres encore…la liste est encore longue, je vous laisse la compléter.

Merci pour votre lecture. N’hésitez pas à partager votre expérience et d’autres astuces, cela me ferait vraiment plaisir !

Partagez l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 5
    Partages

Articles similaires

4 thoughts on “L’impact positif des tâches ménagères sur les enfants

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Tu es libre de recevoir gratuitement le livre

 "Devenir une maman organisée en 10 étapes"