Pourquoi est-il impossible d’être des parents parfaits ?

« Il n’existe pas de parent parfait. Soyez un parent prêt à grandir. »

Tous les parents rêvent d’être parfaits pour leurs enfants. Mais existe-t-il une parentalité parfaite et des parents parfaits ?

Personne n’est parfait

Lorsque nous regardons notre, nous aurions peut-être souhaité que nos parents fassent certaines choses différemment avec nous. Nous essayons alors de rectifier le tir avec nos enfants, espérant que l’éducation que nous leur transmettons soit parfaite. Mais nous nous rendons rapidement compte que le concept du « parent parfait » est un mythe.

Nous n’avons pas été élevés par des parents parfaits et nous ne sommes pas parfaits non plus. Nous pouvons être coléreux ou calmes, intelligents ou têtes en l’air, rapides ou lents, généreux ou avares…

Etant nous-mêmes imparfaits, comment espérer être des parents parfaits pour nos enfants ? 

Le parent parfait 

Avons-nous une définition d’un parent parfait ? Le dictionnaire dit qu’être parfait signifie « N’avoir que des qualités ; être au plus haut de l’échelle des valeurs. »

Mais existe-t-il un consensus sur ces « qualités » requises ?

Certains parents pensent qu’un enfant devrait prendre ses décisions par lui-même et apprendre de son expérience, tandis que d’autres pensent qu’un enfant a besoin de conseils. Certains pensent qu’un adolescent devrait pouvoir sortir avec ses amis sous la surveillance d’un adulte, tandis que d’autres pensent différemment. Certains parents considèrent qu’il ne faut jamais dire « non » à un enfant alors que d’autres pensent que cela leur permet de réaliser qu’il y a des limites à tout. Certains parents sont pour les soirées pyjama et d’autres sont contre. Il n’existe donc pas une « pensée unique » sur laquelle tout le monde serait d’accord concernant l’éducation des enfants.

L’éducation d’un enfant nécessite une mise à jour constante, stimulée par l’évolution de nos expériences et les situations changeantes.

Nos enfants apprennent en nous observant

Le bon sens dit que si des parents sont très instruits, ils sont plus à même d’être des parents parfaits parce qu’ils peuvent guider leurs enfants de manière appropriée. Cela n’est malheureusement pas toujours vrai, car même si ces parents sont capables de guider leurs enfants intellectuellement et professionnellement, ils ne sont pas nécessairement en mesure de répondre à leurs besoins et à leurs exigences émotionnelles, mentales ou physiques.

Nous pouvons donc donner à nos enfants toute la connaissance et la sagesse du monde, leur attitude dépendra principalement de l’éducation que nous leur donnerons et de la façon dont ils nous voient nous comporter.

Le parent est le premier modèle pour son enfant.

L’obsession du parent-parfait

Ce noble objectif (inaccessible) de devenir un parent parfait exige des efforts constants et peut créer nombre de frustrations. Il faut apprendre à ralentir, à prendre une profonde inspiration et à être indulgent envers soi. Nos imperfections et nos erreurs nous permettent de grandir, à la fois en tant que parent qu’en tant qu’individu. Nous avons tous nos forces et nos faiblesses. (Connaissez-vous vos forces et vos faiblesses ? )

C’est le moment de demander courageusement pardon à nos enfants lorsque nous les blessons par inadvertance ou que nous faisons une erreur. C’est le moment de continuer à nous concentrer sur nous-mêmes afin que jour après jour, nous devenions des êtres humains meilleurs et des modèles de référence pour nos enfants.

Le stress

Lorsque les parents s’inquiètent de leurs finances, de leur santé ou se disputent, cela crée un stress qui compromet leur capacité à être vraiment présents pour leurs enfants. Pour de nombreux parents, plus la pression est élevée, plus ils deviennent autocritiques jusqu’à devenir enclins à cacher leurs difficultés. Par conséquent, ils ont plus de mal à obtenir le soutien dont ils ont besoin.

Les parents qui se sentent non soutenus et incompris deviennent moins accessibles. Dans la maison, la douceur se transforme en tensions. Puis vient la honte lorsqu’ils réalisent qu’ils n’arrivent plus à être calmes et patients. De plus, se sentir délaissé fait souvent ressortir les émotions et les frustrations les plus enfouis en chacun de nous. N’oublions pas que nous avons tous un passé et une enfance avec des cicatrices émotionnelles que nous nous efforçons de contenir au quotidien afin de pouvoir pour faire face aux aléas de la vie du mieux que nous pouvons.

Conséquence du stress

Les parents stressés par la surcharge du quotidien gardent difficilement le contrôle sur tout (les tâches ménagères, s’occuper des enfants, etc.) et peuvent inconsciemment se déconnecter du réel besoin de leurs enfants. Épuisés, ils deviennent impatients alors que la parentalité demande tolérance, patience, énergie physique, mentale et émotionnelle.C’est beaucoup de pression que de s’imposer la perfection vis-à-vis de nos enfants.

Répondre à ses besoins

Tous les parents traversent des périodes compliquées pour diverses raisons. Arrêtons de nous apitoyer sur nous-mêmes, organisons-nous, et prenons les choses en mains.

Lorsqu’un parent commence à crier, à faire des sermons interminables et répétitifs ; lorsqu’il lutte pour écouter attentivement son enfant, cela signifie que ses réservoirs émotionnels sont presque vides. C’est le moment de considérer son impatience avec son enfant comme un signal. Un signal pour se consacrer à ses propres sentiments et prendre le temps de répondre à ses besoins personnels afin de remplir de nouveau ses réservoirs émotionnels.

En effet, pour qu’un parent soit épanoui dans la parentalité, il est nécessaire qu’il soit patient et compatissant envers lui-même comme il l’est envers ses enfants.Lorsqu’il fera preuve d’empathie à son propre égard dans son quotidien et qu’il se donnera du temps pour ce qui répondra à ses besoins émotionnels, il sera plus apte à gérer les périodes difficiles. Il pourra alors puiser de cette énergie intérieure pour combler son enfant de toute l’attention et de l’amour dont il a besoin.

Aussi, dans ces moments de détresse, peut-être a-t-il besoin d’une connexion de qualité avec un autre adulte, d’un câlin, des mots d’encouragement, des paroles rassurantes, plus de connaissance sur les défis en cours, de la distraction, ou encore des moments seuls ?Peut-être a-t-il simplement besoin de choses élémentaires mais essentielles de la vie comme bien manger, se reposer ou dormir ?

Conclusion

Notre rôle est de guider notre enfant (et nous-mêmes) à travers notre imperfection, pas en essayant de l’éviter. Le « désordre » est une bonne chose. C’est là que se trouvent les leçons de la vie. Arrêtons de vouloir contrôler chaque action, chaque émotion mais apprenons à vivre simplement en profitant des bons moments avec nos enfants tout en essayant de nous améliorer petit à petit dans notre quotidien et dans l’éducation que l’on donne à nos enfants.

Partagez l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 1
  •  

Une réflexion sur « Pourquoi est-il impossible d’être des parents parfaits ? »

  1. C’est déculpabilisant et ça fait du bien de lire ça. Je pense que la meilleure chose que nous pouvons donner à nos enfants, c’est de les aimer. Après, on fera toujours des choses bien et d’autres moins bien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Tu es libre de recevoir gratuitement le livre

 "Devenir une maman organisée en 10 étapes"